société

“Ce que l’armée m’a appris sur le management et les RH” (par Geoffrey Fournier)

“Réfléchir, c’est gagner du temps. Pourtant, dans un monde où tout va de plus en plus vite, on a tendance à penser le contraire. Laissez-moi vous raconter ce que 15 ans d’armée m’ont appris du management et que j’applique aujourd’hui dans le monde RH”. Par Geoffrey Fournier, DRH du groupe Linagora.


5 min
1er décembre 2023par Contributeur externe

Dans les armées, le travail collaboratif s’organise autour d’un état-major où les rôles de chacun sont identifiés et hiérarchisés, chaque officier ou sous-officier dispose de compétences particulières par leur formation ou leur expérience. Dans le monde de l’entreprise, le management collaboratif repose sur un partage des tâches qui se fait de manière naturelle, c’est une forme de coopération dans laquelle les contributeurs mutualisent leurs compétences pour obtenir un résultat dont ils sont collectivement responsables.

Si les domaines de compétences entre le monde militaire et le monde civil diffèrent par la nature des missions et des objectifs à atteindre, le cycle décisionnel des armées trouve de nombreuses similitudes avec le management collaboratif. Les gains d’efficience apportés par le partage des connaissances et les échanges permettent un ciblage précis et rapide des actions à mettre en place ; grâce à ce travail collaboratif, les décideurs peuvent alors agir avec plus d’agilité et de rapidité.

Prenons le temps… pour en gagner

Le monde actuel est marqué par une accélération du temps et de l’information qui complexifie fortement l’environnement dans lequel évoluent les responsables civils et militaires. Les décideurs doivent aujourd’hui faire face à des flux de données toujours plus rapides et importants qu’il faut collecter, archiver et surtout exploiter. Pour les armées, l’anticipation est plus difficile et les menaces moins prévisibles. Pour les entreprises, la durée des cycles économiques est plus courte et l’activité future est moins prévisible.

Au sein du monde militaire, pour limiter l’impact de la vitesse caractéristique du XXIe siècle et de la rapidité des combats, le schéma de réflexion est à la fois collaboratif, séquencé et cadré ; la décision finale revenant évidemment au chef militaire, détenteur du commandement. L’ensemble du processus s’articule autour d’une méthode de raisonnement commune à tous les états-majors, enseigné lors des phases de formations des cadres militaires.

  • La première phase du cycle décisionnel correspond à une présentation des résultats à atteindre, du projet final ou de la mission à accomplir.
  • La deuxième phase est une étape collaborative où les différents interlocuteurs échangent et débattent selon un ordre précis et pré-établi selon une logique dite de « tiers temps ». Ce processus permet à tous les subordonnés intermédiaires de bénéficier d’un tiers du temps total défini pour réaliser la mission, permettant ainsi à chaque échelon de décliner lui aussi sa réflexion et d’élaborer son plan d’action.
  • Dernière phase : les différentes options sont présentées au décideur militaire qui, averti des contraintes et impératifs, prend la décision finale qui a valeur d’ordre en se basant sur la solution proposée par l’état-major.

Ce procédé, à la fois hiérarchisé, collaboratif et structuré, permet à tous les échelons de la chaine décisionnelle de suivre une même logique en intégrant tous les acteurs autour d’une stratégie commune et fédératrice.

Quand l’armée décloisonne les barrières hiérarchiques

Le parallèle avec le management collaboratif est alors possible puisqu’il repose sur une interaction de plusieurs salariés, décloisonnant alors les barrières hiérarchiques et offrant une liberté d’action au groupe constitué. Ce dispositif est une réponse au management traditionnel qui consiste à commander et contrôler ; s’il offre une certaine verticalité, il est aujourd’hui trop peu réactif et trop bureaucratique.

Le gain d’autonomie du travail collaboratif favorise le partage des connaissances dans un monde où tout évolue très vite. En outre, les équipes constituées bénéficient des expertises de chacun et contribuent à la réactivité du processus décisionnel. Enfin, le management collaboratif implique l’ensemble des acteurs qui participent alors pleinement à l’élaboration du projet ou des solutions à apporter face à une situation incertaine ou complexe.

Ainsi, que ce soit dans la sphère militaire ou civile, la réflexion participative est essentielle au succès collectif, car elle engendre la stabilité et permet la mise en œuvre d’une stratégie efficace et cohérente pour un projet partagé. Dans les deux systèmes, les grands principes restent immuables : prévision/ anticipation – conformité et contrôle.

Le caractère du décideur

Enfin, le caractère du décideur est un élément crucial pour le commandement et le management. Si les qualités requises peuvent être différentes selon que le chef est militaire ou civil, ses capacités d’analyse et d’action lui permettent de fédérer ses équipes pour en faire ressortir le meilleur.

Parce que notre temps est défavorable à la réflexion, le travail collaboratif et la participation des subordonnés ou salariés sont indispensables pour dépasser le temps présent et obtenir une vision commune de long terme. Dans les armées ou dans le monde civil, la complémentarité des compétences et des expériences au sein d’une équipe impliquée dans le cycle de décision est essentielle. Dans ces deux mondes, la responsabilisation individuelle et collective est gage d’efficacité et de cohérence.

✏️ Un mot sur l'auteur

Diplômé de l’Académie militaire de Saint-Cyr et titulaire d’un MBA de la Georgetown University, mon parcours est celui d’un cadre dirigeant expérimenté ayant franchi tous les échelons de la hiérarchie des armées (Légion Étrangère) et des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP).

Fort de 16 années dans le secteur public en qualité d'officier en charge des opérations, j’ai achevé mon premier parcours professionnel en 2018 pour devenir DRH groupe au sein de différents groupes anglo-saxons.

Mon expérience internationale acquise au sein des Armées ( Afrique, Moyen- Orient...) mais aussi en qualité d’Officier de liaison au sein de la Préfecture de Police durant les attentats de novembre 2015, m’ont permis de mesurer, au plus près du pouvoir politique, le processus de prise de décision et de constater que les ressources humaines sont les clefs de succès de toutes les organisations.

Désormais DRH groupe du groupe LINAGORA, je vous partage aujourd’hui ma vision du management collaboratif.

Contributeur externe

Auteur/Autrice

La newsletter qui va vous faire aimer parler boulot.

Chaque semaine dans votre boite mail.

Pourquoi ces informations ? Swile traite ces informations afin de vous envoyer sa newsletter. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien présent dans chacun de nos emails. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité