société

DIFT : Et si on vous offrait… un don (au lieu d’un mug ou d’un totebag) ?

Seriez-vous prêt à troquer votre mug, votre carnet, votre stylo ou encore votre pin’s parlant… contre un don pour une association ? Le Dift (contraction de don et gift – cadeau en anglais pour ceux qui n’auraient pas pris English LV1) est la nouvelle façon de rendre le mécénat accessible et impactant. Offrir un don, c’est sympa non ?


3 min
30 novembre 2023par Yannick Merciris

Démarrons avec deux chiffres très parlants. Plus de 8 salariés sur 10 (83%*) se disent prêts à renoncer à leurs goodies si la même somme d’argent est reversée à une association. Près de 4 salariés sur 10 (38 %*) confient que ces cadeaux sont aujourd’hui au fond d’un tiroir ou à la poubelle. Deux datas fortes qui nous disent deux choses : 1. Les Français ont envie d’aider. 2. Les Goodies, ça ne sert pas à grand-chose.

Une fois ce constat posé, encore faut-il encore le rendre concret. Et c’est là qu’entre en jeu un drôle de truc, avec un drôle de nom : le dift. Dift, c’est la contraction de don et de gift, et c’est l’œuvre d’une entreprise : Captain Cause. “Ça remplace les goodies, c’est une alternative aux cadeaux traditionnels un peu vus et revus en entreprise”, explique Georges Basdevant, directeur général et co-fondateur aux côtés de Frédéric Mazzella (Blablacar).

Apprendre à offrir

Le dift c’est un don… que l’on offre. En clair, “un chèque en blanc que je vais distribuer à l’asso de mon choix”, sourit le dirigeant. L’objectif est de créer “une nouvelle manière de dire merci ou de récompenser. C’est également une nouvelle source de financement pour les associations en basculant les budgets RH ou marketing tout en impliquant les clients/collaborateurs dans le choix des causes”.

Pour être concret, l’entreprise peut vous proposer une sorte de bon (admettons 30 euros) et vous en faites bénéficier l’association de votre choix, parmi un catalogue de plus de 100 entités sur les thématiques environnementales. En faisant naitre ce “temps fort solidaire”, Captaine Cause veut “montrer qu’on peut faire plaisir autrement en créant un nouveau pont entre les entreprises et le monde associatif pour le mécénat beaucoup plus simple et facile à lancer”. Aujourd’hui, seules 9% des compagnies françaises sont mécènes.

Des dons à la place des cadeaux ?

Et ça ce moment de la lecture, vous vous dites peut-être : Mais si cet argent est donné à la place d’autre chose, pourquoi ne pas directement venir renforcer le porte-monnaie des salariés ? “On ne vient pas remplacer les avantages salariés comme le chèque-cadeau qui font partie du pouvoir d’achat”, prévient Georges Basdevant, le co-fondateur, “on vient “détourner” des budgets qui pourraient être utilisés autrement”. Comme les fameux cadeaux d’affaires, bouteilles de champagne et autres chocolats de fin d’année…

Captain Cause a beau être plein de bonne volonté, cela reste un business bien entendu. Comment gagner de l’argent… sur du don ? “C’est une opération de mécénat de l’entreprise, donc 100% du don qui est affiché est reversé à l’association”, précise Georges. C’est sur le modèle du crowdfunding ou des cagnottes que l’entreprise se rémunère avec une base “de frais de fonctionnement à hauteur de 8%”. Et pour l’entreprise qui “achète” des difts, c’est une possible réduction d’impôts à hauteur de 60%. Gagnant, gagnant, gagnant.

Une preuve supplémentaire que le bien peut appeler le bon. En dépoussiérant l’image du mécénat, souvent collée à une certaine élite, Captain Cause permet de financer des projets à impact. Et ce n’est pas qu’une question de gros sous. ”Une PME peut faire 1000 euros de mécénat, et ça rend heureux tout le monde en entreprise”. Donnant, donnant, donnant.

*(Étude Captain Cause, Novembre 2022)

Yannick Merciris

Head of Editorial The Daily Swile

Journaliste qui aime autant les mots que le ballon rond. Vu que je gère mieux le premier que le second, j’ai décidé […]

La newsletter qui va vous faire aimer parler boulot.

Chaque semaine dans votre boite mail.

Pourquoi ces informations ? Swile traite ces informations afin de vous envoyer sa newsletter. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien présent dans chacun de nos emails. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité