conseils

“Au secours, mon boss s’en va !” : comment gérer le départ de son N+1 avec qui tout roulait ?

Votre boss s’en va ? Pas de panique. Voici comment appréhender ce changement et en faire une force pour la suite de votre carrière.


5 min
17 octobre 2023par Ava Skoupsky

C’est officiel, votre N+1 s’en va ! Pourtant, avec votre supérieur‧e, c’était comme une belle histoire d’amour, tout roulait : les process au travail étaient simples, votre productivité était au beau fixe et votre équilibre au bureau semblait idéal. Forcément, après cette annonce, les émotions et les sentiments se bousculent. Et il n’est pas toujours facile de voir le positif dans ce type de situation professionnelle. 

“Quand ça fonctionne, on a envie de que ça dure”

La raison ? Qui dit départ, dit arrivée. Et donc, la rencontre avec son/sa supérieur‧e et ainsi le début d’un nouveau fonctionnement. Résultat : vous êtes envahi‧e par plusieurs sentiments : la peur, le stress et la déception. 

Que tout le monde se rassure, ces émotions sont totalement habituelles et saines, comme nous l’explique Célia Charpentier, coach professionnelle certifiée et psychopraticienne. “Toute peur est légitime, indique-t-elle. On ne peut pas qualifier de normale ou anormale une émotion. Quand cela fonctionne avec son/sa boss, on a envie que cela dure. C’est une forme de sécurité et forcément, le changement engendre des interrogations, des doutes, de la peur… d’autant plus si les expériences passées ont été difficiles.” 

Comment faire face à ce changement ? 

Pour réussir à gérer cette situation et la transformer en opportunité professionnelle, il est important de suivre cinq étapes. Voici les conseils de la coach : 

#1 Accepter et identifier ses émotions 

Selon Célia Charpentier, il est important de reconnaître ce que l’on ressent : “il faut se demander : ‘qu’est-ce que cette annonce provoque en moi ?’, ‘quelles sont les émotions que je ressens ?’”, indique l’experte. Elle recommande d’appréhender, d’écouter et d’accepter les émotions par lesquelles on passe. 

#2 Décider si l’on veut exprimer (ou non) ses craintes

Une fois que les émotions sont identifiées, si les peurs sont toujours présentes, il est conseillé de se demander si l’on souhaite en parler ou non à son entreprise :Dire les choses permet à l’entreprise et à l’ensemble des acteurs de prendre cela en considération. Demandez-vous ‘Est-ce que c’est nécessaire pour mon bien-être que je l’exprime ?’  Afin que le collectif trouve une solution”, précise la coach.

#3 Identifier sa façon de travailler et ses besoins au travail 

Face à l’arrivée prochaine d’un‧e nouveau‧elle manager, il est important de faire le point sur ses besoins au travail en termes de management, de process, d’attentes : “Avez-vous besoin de suivi, d’autonomie, etc ? Le manager doit s’adapter à son collaborateur à condition qu’il lui parle de ses attentes. Cette situation est l’occasion de partir sur des bases saines”, rassure Célia Charpentier. 

Elle précise : “On a des attentes et des besoins difficiles à prédire. Et cela fonctionne dans les deux sens : pour le N+1, c'est la même chose, il faut expliquer son fonctionnement. On attend souvent que l’autre le fasse, c’est dommage. Si je ne l'exprime pas, le manager ne peut pas le deviner”, indique la coach. 

#4 Vivre l’expérience 

Et si vous laissiez une chance à cette situation ? La coach professionnelle recommande de vivre ce changement et ainsi de “faire l’expérience de la nouveauté et donner sa chance à l’autre, aux ajustements qui sont naturels entre les humains. Car cette expérience est très précieuse”. Cette adaptation à la nouveauté peut prendre du temps pour les deux personnes, aussi bien le/la N+1 que le/la collaborateur‧ice.

#5 Faire des points réguliers 

Si vous avez discuté ensemble de vos attentes et de vos besoins, il est conseillé de faire des points réguliers sur la situation afin de s’assurer que les deux parties sont sur la bonne voie et empruntent la même direction. Certains ajustements peuvent être faits. 

Les pièges à éviter face au départ de son/sa boss

Bien entendu, tout ne se fait pas du jour au lendemain. Et il est important de savoir accepter cette nouveauté et ce que cela implique. D’ailleurs, il y a certaines erreurs à ne pas faire dans ce type de situation. Célia Charpentier nous met en garde afin de minimiser les risques de vivre une mauvaise expérience :Il faut éviter les représentations et projections. Par exemple : à chaque fois que vous vous dites “mais il doit le savoir pourtant, il a dû le sentir, etc”. Il ne faut pas accepter cette phrase comme une vérité.”, indique la professionnelle. Elle précise : “dans ce cas, il est conseillé d’aller tout de suite poser la question à l’interressé‧e : ‘j’ai senti que tu étais en colère, y a-t-il un malentendu ?’ Il faut communiquer et passer ce cap d’oser dire, d’être authentique et de faire l’expérience” assure la coach.  

“Apprenez à votre manager à vous manager” 

La spécialiste recommande également de savoir tirer du positif de ce changement. Comment ? En sortant du “subir” et en agissant : “Il faut se dire : ‘Ok, j'ai un nouveau boss, je vais prendre en compte concrètement ce qui est bon pour moi’”, précise la coach. Elle ajoute :Apprenez à votre manager à vous manager. Apprenez à réfléchir à ce qui est bon ou non pour vous et à le formaliser. Il faut une certaine honnêteté et un objectif commun partagé.” 

Après tout, les deux parties ont en général le même objectif : faire en sorte que cela se passe bien. Et finalement, on peut vite se rendre compte que ce type de changement peut s’avérer très simple.

Ava Skoupsky

Journaliste

Journaliste passionnée par l’univers lifestyle, j’aime parler des expériences de la vie. D’ailleurs, j’ai décidé de voyager au maximum et de vivre […]

La newsletter qui va vous faire aimer parler boulot.

Chaque semaine dans votre boite mail.

Pourquoi ces informations ? Swile traite ces informations afin de vous envoyer sa newsletter. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien présent dans chacun de nos emails. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité