mai 2024

“Allo Maman Boulot”

1 famille sur 4 est monoparentale. Et 80 % des familles monoparentales sont “gérées”… par des femmes. Cela représente plus de 2 millions de foyers et 4 millions d’enfants.

Et pourtant, on ne les voit pas, on ne les entend pas, on ne les écoute pas.

Parce que la monoparentalité peut être vue comme une violence, un échec, un accident (quand elle n’est pas choisie). Alors vient avec elle, la solitude, l’envie, le réflexe… de ne rien dire.

Parler de monoparentalité, c’est aussi parler de travail. Car si beaucoup de choses sont faites pour LES parents, quand celui devient solo, et que le besoin est encore plus fort, l’aide se fait plus rare.

Gabriel Attal, Premier Ministre élevé par une maman solo, a lancé une mission gouvernementale sur les “bonnes pratiques des employeurs pour s’adapter aux contraintes spécifiques des familles monoparentales”.

Que peut-on en attendre ? Des aménagements d’horaires, de planning, des aides de garde, d’accompagnement scolaire, la reconnaissance d’un statut de vie temporaire ? Il faudra attendre la rentrée pour savoir.

En attendant, ce dossier est là pour deux choses : faire sortir de l’invisibilité les femmes seules (car ce sont essentiellement des femmes), et pour remercier ma mère. C’est égoïste, peut-être inexact, voire injuste, mais ne m’en voulez pas, elle(s) le mérite(nt).

Par Yannick Merciris

Les Articles


Les autres dossiers


La newsletter qui va vous faire aimer parler boulot.

Chaque semaine dans votre boite mail.

Pourquoi ces informations ? Swile traite ces informations afin de vous envoyer sa newsletter. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien présent dans chacun de nos emails. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité